Mes mots rient

Écrits, songes et correspondances

Category: Non classé

Hello world

par Sam

Welcome to wiki This is your first post. Edit or delete it, then start blogging!

Hello world

par Sam

Welcome to wiki This is your first post. Edit or delete it, then start blogging!

Hello world

par Sam

Welcome to wiki This is your first post. Edit or delete it, then start blogging!

Entrer sans frapper ( ou son contraire )

par Ka

Poser son désir sur la table 

Prendre soin d’en éloigner assez les quatre chaises 

Pour que surtout il n’ait plus la tentation de s’assoir 

Laisser là cette table vide pleine de ce désir offert

Hésiter quant à garder la porte ouverte 

Finalement décider de la fermer 

En s’assurant de suspendre les clés  au loquet 

Loquace pour ceux 

Qui auront des oreilles et des yeux 

Éternité

par Ka


Du haut de la vigie

Au pied des légionnaires

Dans le soleil couchant

J’ai vu notre rocher

Et les corps

Et l’absence qui léchée par la mer

Salue le cormoran

De sa lèvre rougie.

Paréidolie

par Ka

Aux nuits tombées

En cette nuit d'été
Ce ne sont plus les roches que lèche l'eau 
Agitée mais les tombeaux 
Anciens à l'orée


Les troupeaux allant sans berger 
Laissent 
Dans l'oeil halé veaux adorés
Une lumière d'incendies, dorée

Comme la nuit sous la peau les soleils
Salés de la journée sont tombés


En cette nuit ailée
Ce ne sont plus les roches que lèche l'eau
Agitée mais les tombeaux 
Anciens à l'orée

Tragi-comique

par Ka

Savoir-vivre subst. masc. inv.
A. vieilli. Habileté à conduire sa vie dans le monde.

"Nous tombons. je vous écris en cours de chute. C'est ainsi que j'éprouve l'état d'être au monde." 
René Char 

Dialogue en cours de chute 

- humain : 
"Tu ne sais pas vivre."
- humain : 
"Tu ne sais que mourir."  


- humain qui rit : 
"Je n'ai pas le permis." 

Comptine confinée

par Ka


Sur le toit de l'immeuble

Il y a trois cheminées



Il y a trois cheminées

Et le ciel azuré



Dans le ciel azuré

Volent les goélands



Volent les goélands

À la grâce du vent



À la grâce du vent 

Un des oiseaux se pose



Là haut de temps en temps

Un des oiseaux se pose



Là haut de temps en temps 

Sur une cheminée



Sur une cheminée 

Il y a un goéland




.........................



Et moi à la fenêtre 

Dans le soleil couchant



Dans le soleil couchant 

je vois deux cheminées



Je vois deux cheminées 

Trois goélands peut-être



Et puis un et puis rien 

Trois goélands peut-être



Et puis un et puis rien 

Juste la nuit qui vient



Juste la nuit qui vient 

Sur le toit de l'immeuble



Sur le toit de l'immeuble 

Il y a trois cheminées



Il y a trois cheminées 

Et un soleil couché.

Ici la ville

par Ka



Ici la ville n'a pas de fin
La route finit en un chemin
Les maisons tarissent

Le chemin ne se nomme pas 
L'impasse est celle du mauvais pas
Les sources jaillissent

Le bout du monde n'existe pas 
Le bout du monde passera
Et la peau s'hérisse

D'ici la ville n'a pas de fin 
Seuls et couronnés au lointain
Les soleils finissent


Si l'eau est seule à révéler 
La mémoire des roches
Alors
À nos noyés !
Morts
Des souvenirs plein les poches



Ici la peau n'a pas de fin 
La source finira demain
Les soleils trahissent

Mais demain ne se nomme pas 
Le monde va du mauvais pas
Les maisons jaillissent

Le bout des routes n'existe pas 
Le bout des routes les uns passent
Les autres périssent

D'ici la peau n'a pas de fin 
Seules et couronnées au lointain
Les villes finissent


Si l'eau est seule à révéler 
La mémoire des roches
Alors
À nos noyés !
Morts
Des souvenirs plein les poches



D'où viennent les feuilles mortes 
Qui sombrent sous la peau ?
Quelle est la porte ?
Sinon l'eau.

Marelle

par Ka

Dans la ruelle ensoleillée

Les draps pendent comme des drapeaux

Blancs. Les draps sont noirs sur le pavé


Aussi les pieds sautent du ciel

À la terre sans savoir les pieds

Ont les yeux bandés de hasard


Le chemin est toujours le même

Le cabas plein la vieille femme

Au centre le blanc de midi


Vide comme un banc à midi

Au fond à gauche la fontaine

Toi qui saute sur les draps noirs


Sur le fil il y a un oiseau

L'oiseau est posé sur le ciel

Tes pieds le rejoignent d'un saut

Lèves la tête l'oiseau s'affole

Les nuages passent comme le poème

À un oiseau près qui s'envole

Le chemin est toujours le même