Le temps que nous pouvons

par Moue

 

Nous sommes les amants à vif
À la poitrine ouverte au monde.
Nous enserrons des corps furtifs,
Humant leurs âmes vagabondes
Pour une éternité d’étreintes,
Mais nous éprouvons les secondes,
Et ne laisserons qu’une empreinte.

 

Lors de nos existences en crue,
À la fenêtre de nos yeux,
En un clin de cil, il a plu.
Chaque rayon nous est précieux.
Nos vies seront une chimère,
Poussière de temps pour les Dieux
À engloutir jusque sous Terre.